Site de Publications-Scientifiques

 

Collection ISTOM, Mémoires d'ingénieur ISTOM (En ligne) = ISSN 2649-4442 - Mémoires d'ingénieur ISTOM.

 

Numéro 03. 16 juin 2020
Pour utiliser cette publication de l’ISTOM en respectant le droit d’auteur, merci de citer le mémoire : 
Guillet, A. (2020/06) La promotion de l’agroforesterie par un industriel du cacao en Côte d’Ivoire : l’expérimentation de Barry Callebaut avec les planteurs villageois [En ligne]. Mémoire d’Ingénieur : Angers : ISTOM, 114 p. (Collection Mémoires d’Ingénieur ISTOM, n° 3), (page consultée le 16/06/2020). Disponible sur : 
https://publications-scientifiques.istom.fr/mfiles/03-Collection-Memoires-ISTOM-2020-N3-GUILLET-A.pdf
ISSN : 2649-4442
La promotion de l’agroforesterie par un industriel du cacao en Côte d’Ivoire : l’expérimentation de Barry Callebaut avec les planteurs villageois / Guillet, A

Résumé d'auteur : «Depuis quelques années, des travaux de recherche s’efforcent de montrer qu’il existe une dynamique récente concernant un retour des arbres dans les parcelles cacaoyères ivoiriennes. C’est dans ce contexte que Barry Callebaut a décidé d’organiser pour la première fois en 2019 en Côte d’Ivoire, la distribution de 300 000 arbres forestiers à des planteurs de cacao. A la suite du succès notable de cette opération avec un taux de plantation déclaré supérieur à 80 % et d’une demande importante de la part des planteurs, Barry Callebaut envisage de tripler le volume de plants à distribuer pour la campagne 2019-2020. L’étude met en évidence les points critiques liés à la logistique de distribution, mais identifie également les raisons qui conduisent les planteurs à accepter les arbres. Ce travail est aussi consacré à décrire les stratégies de plantations d’arbres distribués par un industriel. Le mémoire montre que les coopératives tiennent une place centrale dans les processus d’acceptation en dépit de leur distance apparente des planteurs. L’intérêt porté par les producteurs envers les arbres de forêts semble généralisé à l’ensemble des zones visitées bien qu’il existe quelques légères variations régionales, culturelles ou liées aux spécificités de l’exploitation. Comme attendu, on observe que les producteurs tendent à planter les arbres dans leurs plantations les plus âgées principalement dans le but de « protéger les cacaoyers » du soleil. Ces résultats pourront servir de base de réflexion pour réajuster au besoin, les stratégies de distribution d’arbres forestiers du groupe Barry Callebaut.»

Mots-clés: Cacao, Côte d'Ivoire, Agroforesterie, Planteur

Download

 

 

Collection ISTOM, Mémoires d'ingénieur ISTOM (En ligne) = ISSN 2649-4442 - Mémoires d'ingénieur ISTOM.

 

Numéro 02. 06 décembre 2019
Pour utiliser cette publication de l’ISTOM en respectant le droit d’auteur, merci de citer le mémoire : 
Pelhatre, M. (2019) De l'usage du henné (Lawsonia inermis L.) à la production d'une culture oasienne emblématique : étude pluridisciplinaire des pratiques des individus en intéraction avec la plante [En ligne]. Mémoire d'Ingénieur : Angers : ISTOM, 83P. (Collection d'ingénieur ISTOM, n°2), (page consultée le 06/12/2019). Disponible sur : 
https://publications-scientifiques.istom.fr/mfiles/02-Collection-Memoires-ISTOM-2019-N2-PELHATRE_M.pdf
ISSN : 2649-4442
De l'usage du henné (Lawsonia inermis L.) à la production d'une culture oasienne emblématique : étude pluridisciplinaire des pratiques des individus en intéraction avec la plante / M.Pelhatre

Résumé d'auteure : «Le henné est une plante emblématique au Maroc et produite dans les zones oasiennes où elle est largement utilisée, de multiples façons. Même s’ils sont moins variés, ses usages s’étendent au-delà des zones de production, ce qui en fait une culture fortement ancrée sur tout le territoire. Cependant, les consommateurs urbains revêtent le henné d’un halo symbolique rendant toute modernisation de la culture inconcevable à leurs yeux. La présente étude entend révéler les raisons du décalage entre les représentations et les conditions dans lesquelles la plante de henné est cultivée aujourd’hui. Une approche ethnobotanique a permis de montrer l’ancrage territorial du henné par la diversité de ses usages thérapeutiques et cérémoniaux. C’est grâce aux outils agronomiques et à l’observation des pratiques des agriculteurs, que des mutations au sein du système productif oasien ont été décelées. Une vision entrepreneuriale de l’agriculture s’est largement répandue, participant à l’élargissement du fossé existant entre croyances et pratiques véritables. Une approche socio-économique a montré que la configuration actuelle de la filière perpétue l’éloignement géographique et cognitif entre consommateur et producteur, et n’encourage pas ces derniers à favoriser la production d’un henné de qualité. C’est ainsi que l’articulation de ces trois approches permet de comprendre pourquoi les pratiques culturales oasiennes ne sont plus en accord avec les croyances des utilisateurs de henné.»

Mots-clés: Henné, Maroc, Culture Oasienne

Download

 

 

Collection ISTOM, Mémoires d'ingénieur ISTOM (En ligne) = ISSN 2649-4442 - Mémoires d'ingénieur ISTOM.

 

Numéro 01. 04 décembre 2018
Pour utiliser cette publication de l’ISTOM en respectant le droit d’auteur, merci de citer le mémoire : 
Bell,Y. (2018) Potentialités du satellite SWOT sur le fleuve et son embouchure [En ligne]. Mémoire d'Ingénieur : Angers : ISTOM, 99P. (Collection d'ingénieur ISTOM, n°1), (page consultée le 04/12/2018). Disponible sur : 
https://publications-scientifiques.istom.fr/mfiles/01-Collection-Memoires-ISTOM-2018-N1-BELL_Y.pdf
ISSN : 2649-4442
Potentialités du satellite SWOT sur le fleuve Sénégal et son embouchure / Y. Bell

Résumé d'auteur : «Dans le cadre de la préparation de la future mission spatiale SWOT (Surface Water and Ocean Topography), cette étude se propose de déterminer la capacité de SWOT à reproduire la variabilité hydrologique temporelle et de définir les potentialités des données SWOT au niveau du fleuve Sénégal, dans un bassin transfrontalier de l’Afrique de l’Ouest. Les analyses ont permis de montrer que les modes de variabilité sont très bien reproduits tout le long du fleuve quelque soit le contexte hydrologique. Toutefois, la restitution est meilleure dans la partie fluviale que la partie estuarienne, influencée par la marée. L’étude qualitative a permis de mettre en avant un système d’information lacunaire dans le bassin au vu des enjeux auxquels l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) souhaite répondre. Dans ce contexte, la capacité de restitution des modes de variabilité hydrologique temporelle semble démontrer que SWOT pourra être un outil complémentaire dans la gestion du fleuve Sénégal d’ici 2020.»

Mots-clés: Satellite SWOT, Sénégal, Fleuves

Download