Collection ISTOM, Notes d'étude et de recherche de l'ISTOM (En ligne) = ISSN : 2678-4947
Notes d'étude et de recherche de l'ISTOM. Numéro 02. Mai 2019  

études

Pour utiliser cette publication de l’ISTOM en respectant le droit d’auteur, merci de citer la note d’étude et de recherche : 

Tonneau J.-P., Bonnal V., Chery J.-P., Jannoyer M., Cattan P. (2019/05). Ecole-acteurs aux Antilles, un espace de débat de la question des pollutions agricoles. Notes d’Etude et de Recherche de l’ISTOM [en ligne]. n° 2, 16 P.  Disponible sur https://publications-scientifiques.istom.fr/mfiles/Note-detude-et-de-recherche-ISTOM-N2-TONNEAU.pdf  (consulté le 20/05/2019). (ISSN : 2678-4947).

Ecole-acteurs aux Antilles, un espace de débat de la question des pollutions agricoles / Tonneau Jean-Philippe, Bonnal Vincent, Chery Jean-Pierre, Jannoyer Magalie, Philippe Cattan

Article présenté par Jean-Philippe Tonneau, lors du Séminaire de Recherche de l'ISTOM sur «L’innovation dans l’agrodéveloppement : approches et conditions de sa diffusion dans les pays en développement» le 25/01/2018, à Cergy.

Résumé des auteurs :


«Le projet RIVAGE analyse les mécanismes et les impacts de la pollution diffuse dans le bassin versant de la rivière Pérou en Guadeloupe et favorise l’adoption de pratiques innovantes par les agriculteurs grâce à des dispositifs d’accompagnement inspirés de la recherche-développement. Pour faciliter la diffusion et la prise en compte des résultats dans l’élaboration des politiques publiques, le projet a créé une « école-acteurs ». L'école-acteurs est un espace d'échanges pour susciter des débats, entre acteurs divers autour de thématiques d’intérêts communs, de méthodologies et des résultats des différentes recherches. Du point de vue théorique, l’école-acteurs fait référence aux théories des représentations sociales. L‘article rappelle ces références théoriques et analyse les actions menées en fonction de ce référentiel. L’expérience a un peu plus d’un an d’existence mais rencontre un vif succès. À partir d’une évaluation, encore partielle, les auteurs dressent quelques enseignements et orientations pour le futur. Ces orientations proposent une plus grande interaction entre l’école-acteurs et les dispositifs d’expérimentation technique, un renforcement des activités de formation (sous la forme d’une université populaire) et l’institutionnalisation de l’école-acteurs dans une fonction de coordination.»

Mots-clés : Agriculture / Antilles / Guadeloupe / Martinique Pollution agricole / Bassin versant.



Collection ISTOM, Notes d'étude et de recherche de l'ISTOM (En ligne) = ISSN : 2678-4947

Notes d'étude et de recherche de l'ISTOM. Numéro 01. Avril 2019  

études

Pour utiliser cette publication de l’ISTOM en respectant le droit d’auteur, merci de citer la note d’étude et de recherche : 

Semjen I., Brigot B., Beuriot M. (2019/04). Sécuriser la pratique agricole en Guadeloupe : une nécessaire remise en cause de la politique nationale au profit d’une reconnaissance de la pluralité des parcours. Notes d’Etude et de Recherche de l’ISTOM [en ligne]. n°1, 10 P.  Disponible sur https://publications-scientifiques.istom.fr/mfiles/Note-detude-et-de-recherche-ISTOM-N1-Semjen.pdf (consulté le 24/04/2019). (ISSN : 2678-4947).

Sécuriser la pratique agricole en Guadeloupe : une nécessaire remise en cause de la politique nationale au profit d’une reconnaissance de la pluralité des parcours / Ivan Semjen1, Baptiste Brigot1, Mathilde Beuriot2

1 Ingénieur en agro-développement international, Istom

2 Docteur en géographie, Directrice de projets Institut Forhom/EGIS International

 

 

Résumé des auteurs :

«A partir de deux études conduites en 2015, le présent article met en lumière la nécessité de repenser le modèle politique de financement et d’accompagnement de l’activité agricole en Guadeloupe. A l’aune du constat de la dichotomie entre modèle hérité de la colonisation et modèle informel, grandement majoritaire sur le territoire, le présent article montre combien il est vital de prendre en compte la pluralité des parcours dans les orientations politiques et de sortir d’une dépendance aux subventionnements néfaste à l’activité agricole dans son ensemble. C’est en proposant de regarder avec plus d’attention les alternatives aujourd’hui existantes que cette réflexion ouvre la voie à une réorientation des modèles de financement vers une plus grande durabilité de l’activité agricole guadeloupéenne.»

Mots-clés : Agriculture / Guadeloupe / Politique de financement / Modèle alternatif